Nouvelles

Voici quelques démarches récentes de l'Association de villégiateurs et résidents du Lac Cayamant

L’Assemblée générale annuelle de l’Association des villégiateurs et résidents du lac Cayamant s’est tenue le 20 juillet 2019 et nous vous remercions d’y avoir participé.   Vous trouverez en annexe la liste des directeurs qui siègent au comité exécutif de l’Association pour 2019/20.

Nous désirons vous rappeler qu’il est encore temps de renouveler votre adhésion à l’Association si ce n’est pas déjà fait.  Nous en profitons pour remercier tous ceux et celles qui ont déjà renouvelé leur adhésion et souhaiter la bienvenue aux nouveaux membres.

La mission de l’Association est d’intervenir pour protéger l'environnement et la qualité du lac Cayamant en faisant valoir notre position auprès des politiciens, en recherchant des solutions et en vous tenant informé.

Nous vous encourageons à vous joindre l’Association afin de contribuer à la protection de l’environnement et à la santé du lac.  Plus nous serons nombreux plus nous pourrons protéger l’environnement et défendre nos droits auprès des politiciens.  Il est important que résidents et villégiateurs ayant les mêmes objectifs, s’unissent afin de donner plus de poids à nos revendications et à nos interventions.

Notre plus grand défi est de nous attaquer au myriophylle à épis, une plante exotique envahissante qui menace la santé de notre lac.  Cependant cet exercice est très couteux.  En attendant d’amasser les fonds nécessaires, nous nous tenons au courant des nouveaux développements et des nouvelles techniques en matière de contrôle du myriophylle.

Comme il existe un problème avec cette plante envahissante à l’échelle de la province, une alliance d'organismes qui a pour nom «L'Alliance pour un programme national de gestion du myriophylle» a été mise sur pied.  Cette alliance a lancé une campagne de mobilisation contre la prolifération du myriophylle.  Leur objectif est de faire appel au ministre de l'Environnement et du Changement climatique du Québec pour la mise en place d'une stratégie d'intervention à l'échelle de la province pour la gestion et le contrôle de cette plante aquatique envahissante. Le gouvernement du Québec doit s'impliquer financièrement et stratégiquement.  Actuellement, il incombe aux associations de lac et aux municipalités de le faire.

 

Nous vous encourageons à signer cette pétition en ligne en accédant au lien suivant:

https://rappel.qc.ca/communications/alliance-pour-la-gestion-du-myriophylle.html#alliance

 

Vous trouverez aussi en annexe le formulaire d’adhésion à compléter afin de devenir membre au coût de $25.00 et de faire un don si vous le désirez.  Vous pouvez nous le faire parvenir par la poste ou sinon vous pouvez vous présenter au 367 chemin du Petit Cayamant.

Soyez assurés que TOUS les fonds recueillis servent à la protection du lac et de l’environnement afin que nous puissions continuer de profiter de ce joyau qu’est le lac Cayamant.

N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous désirez plus d’information ou si vous avez des questions.  Merci.

 

Joanne Berniquez 819-463-3239

Association des villégiateurs et résidents du lac Cayamant

Analyse d'eau

Myriophylle à épis

Plante aquatique envahissante, le myriophylle à épis peut atteindre plusieurs mètres de hauteur. Il se reproduit principalement par fragmentation végétative (bouturage). Chacune des tiges peut facilement produire une vingtaine de nouveaux plants.

Le myriophylle à épis est souvent problématique dans les lacs et cours d’eau, où il nuit aux usages comme la baignade et la promenade en embarcation motorisée.

Comment l'éliminer?

Pour s’en débarrasser, le myriophylle doit être déraciné complètement. Le couper s’avère être la pire des solutions. Il faut plutôt s’attaquer aux conditions favorables à sa croissance. Pour ce faire, vous devez :

  • éliminer l’apport d’engrais sur les pelouses qui, par ruissellement, se retrouvent dans le lac;
  • bien entretenir votre fosse septique;
  • planter des arbres et arbustes afin de créer de l’ombre;
  • laver votre embarcation le plus souvent possible pour éviter de propager la plante ailleurs dans le lac ou dans un autre plan d’eau.

L'euthrophisation d'un lac

(à lire)